Accueil Non classé La vie d’après ou la mort, par Lotfi Hadjiat

La vie d’après ou la mort, par Lotfi Hadjiat

0
1
271

C33848D0-60BF-411B-9451-3133E21CA49F

 

 

Les vérités les plus abominables sont sur le point d’éclater au grand jour. Le scandale sera cosmique. Ce qui va sortir va être d’une ignominie tellement sordide et épouvantable que les gens se rueront sur l’eau bénite dans les églises pour se purifier, malheureusement dans les églises l’eau bénite a été remplacée par du gel hydro-alcoolique… les gens se rueront alors au Vatican, à la basilique Saint-Pierre, mais seuls ceux qui auront la marque de la Bête vaccinale pourront y entrer, ceux qui auront le sceau de Dieu seront refoulés par l’armée vaticanaise sous la bénédiction du Pape…

Purifier son âme prend du temps, des années, une vie entière, des vies entières, on ne fait pas ça précipitamment la veille du Jugement dernier. Bienheureux ceux qui depuis longtemps purifient leur âme, malgré les moqueries, les sarcasmes, les railleries, les rires et les humiliations incessantes. Ils ont mis à nue leur âme devant leur Créateur et ne craignent plus son jugement. Chaque cœur sera dévoilée dans toute son horreur ou dans toute sa beauté aux yeux de tous à l’heure du jugement, qui a sonné. À la surprise générale, la lumière divine ne laissera rien dans l’ombre, elle sera douce pour les humbles et effroyable pour les orgueilleux, les arrogants, les hypocrites… La vérité sur ce monde, sur ses puissants occultes, sur leurs crimes, sera insoutenable, la peine infinie, la tristesse insondable, la colère abyssale. L’écœurement terrassera notre force de croire encore en l’humanité. Mais infailliblement, la justice divine s’accomplira et nous redonnera la joie perdue. Le dieu jaloux d’Israël crèvera… de jalousie. La jalousie est le bras armé de l’orgueil qui ronge de l’intérieur jusqu’à la destruction complète. L’orgueil n’est jaloux que de l’humilité, qu’il tente d’humilier encore et toujours, mais l’humilité ne peut être humiliée. Seul l’orgueil est humilié. À l’heure du Jugement, les adeptes de l’orgueil subiront une telle humiliation que les humbles eux-mêmes en seront saisis. Les adeptes de l’orgueil seront si humiliés qu’ils voudront à cet instant ne plus exister, ils imploreront leur mort, leur suppression définitive, mais elle ne viendra pas. La victoire des humbles, des faibles, les étranglera de rage.

Ce qui va arriver est totalement incompréhensible, totalement inconcevable : la victoire des humbles, la promesse divine. Voilà le grand miracle divin, le triomphe des faibles humbles sur les puissants orgueilleux, le triomphe de l’apparente faiblesse sur l’apparente puissance. Le triomphe de la grâce sur la puissance. Le triomphe de l’amour sur le Veau d’or. « Impossible, le Veau d’or d’Israël est indéboulonnable, même avec tout l’amour du monde ! », me direz-vous, résignés. Le Veau d’or d’Israël n’est pas le dieu de Moïse, et le dieu jaloux d’Israël n’est pas non plus le dieu de Moïse. Mais alors… ? Le dieu de Moïse est le dieu des hommes de tous les temps, manifesté à travers la maison de Juda en général et Jésus-Christ en particulier, dont la maison d’Israël a réclamé et obtenu la crucifixion. Cette maison d’Israël, cette maison de serpents madiano-caïnites aurait même assassiné Moïse lui-même, selon Freud dans son ultime livre L’homme Moïse et la religion monothéiste. La lumière du Christ reviendra ; en fait elle est déjà là. Mais notre enchaînement aux sortilèges du Veau d’or nous empêche de la voir. Le premier de ces sortilèges est la concurrence comme modèle de bonheur. Le second sortilège découle du premier : l’orgueil, comme signe de réussite. Le troisième découle du second : la rivalité, la jalousie, comme méthode de progrès. Le quatrième découle du troisième : la malhonnêteté comme principe de développement. Et enfin, le cinquième découle du quatrième : le crime comme valeur de croissance. La lumière du Christ anéantit ces sortilèges qui n’ont déjà plus de prise sur les humbles, mais la majorité s’y accrochera désespérément. La matrice de ce monde bâtie sur ces sortilèges s’effondrera avec leur dévoilement, entraînant dans sa chute la majorité qui y aura cru jusqu’au bout.

L’impensable va advenir : la réalité spirituelle va se manifester. L’existence de l’âme va devenir irréfutable, l’âme qui survit après la mort. L’humanité en sera saisie d’effroi, si profondément persuadée que la matière est toute-puissante, et que l’âme, l’esprit, les anges et Dieu ne sont que superstitions. La toute-puissance éclatante de l’esprit sur la matière fera gémir les plus sceptiques : « malheur à nous, l’âme existe bel et bien, et pour nous il est trop tard pour en prendre soin ». Une certaine partie de l’humanité est épuisée de vivre dans une société où l’âme est radicalement niée. La vie d’avant participait aussi de cette négation acharnée de l’âme. La vie d’après sera spirituelle ou ne sera pas. La vie d’après ou la mort.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par leblogdelotfihadjiat
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Sortie de mon livre « Porte de la Bête »

  Bonjour à tous, Mon nouveau livre « Porte de la Bête » sortira finalement le 26 fév…