Accueil Non classé Proposition de discours pour Laurent Ruquier, par Lotfi Hadjiat

Proposition de discours pour Laurent Ruquier, par Lotfi Hadjiat

1
0
224

19D1AFC5-20EC-4402-A215-E1883ED7577E

 

 

Mes chers frères et sœurs de gôche,

 

L’heure est grave. Notre grande famille est désunie, divisée comme jamais, alors que l’adversaire est à nos portes. Oui, c’est la mort dans l’âme que je vous le dit : la gôche est en ruine, elle agonise. La bête immonde ne nous épargnera pas. Il faut réagir maintenant ! La bataille n’est pas finie, amis de la gôche. J’ai vu la victoire comme je vous vois, le triomphe nous attend au bout de notre noble combat. Nous n’avons pas le droit de désespérer. Le vaillant camarade Mélenchon m’a fait hier une proposition historique : envoyer les œuvres complètes de Mazarine Pingeot à tous les chefs d’Etat africain. L’idée est excellente ! Vous voyez, la gôche n’est pas populaire mais elle a des idées. Le monde nous regarde, mes frères et sœurs de gôche, le monde ne regarde pas la France il regarde la gôche. Peu importe la France, seule la gôche importe. La France peut crever mais la gôche doit vivre. L’honorable camarade Jack Lang m’a fait lui aussi ce matin une proposition lumineuse : créer une grande avenue à Bamako qui porterait son nom, oui mes amis, une avenue « Jack Lang » à Bamako. Merveilleuse idée ! Que demander de plus ! Nous ne pouvons pas ne pas vaincre ! Je veux y croire, mes frères et sœurs de gôche. Le très estimé camarade Glucksmann m’a fait lui aussi une proposition fulgurante très tôt ce matin : ouvrir le recrutement des CRS aux paraplégiques. Les discriminations dont font l’objet les handicapés est un scandale inadmissible. Ah, mes amis…, je rêve de voir un paraplégique arrêter un malfaiteur dans le métro. Et ce rêve peut devenir réalité grâce à vous, mes chers frères et sœurs de gôche. Les discriminations doivent cesser et elles cesseront, je vous en fait le serment, ici même. L’égalité sera totale ou ne sera pas. Détruisons tout ce qui représente les inégalités. En vérité je vous le dis, je ne serais en paix que lorsque des dizaines de milliers d’africains danseront sur les ruines encore fumantes du Château de Versailles. C’est en tous cas la promesse que j’ai faite à l’honorable camarade Jean-Michel Aphatie. On ne sera heureux en France que lorsque le Château de Vincennes sera transformé en hammam LGBT. Les hommes et les femmes ne demandent qu’à vivre ensemble, mes amis. Abolissons les frontières, abolissons les nations, en un mot : soyons de gôche ! Abolissons tout ce qui nous divise, tout ce qui peut exclure. En vérité je vous le dit, le combat sera gagné lorsque toutes les grandes cathédrales de Reims, de Chartres, de Rouen, d’Amiens et de Paris seront transformées en mosquées. Ne sommes-nous pas tous frères ! La gôche ne doit pas mourir, la gôche c’est la conscience de l’humanité. La mort de la gôche c’est la mort de l’humanité, c’est en tous cas ce que me disait l’autre jour le vénérable Daniel Cohen-Bendit. Frères et sœurs de gauche, le paradis sur Terre est à portée de main, un paradis sans flics, sans armée, sans gendarmes. Les hommes et les femmes de toute la planète ne demandent qu’à vivre ensemble, sans frontières, sans nations, sans violences, avec un revenu universel. Les banques nous suivront, j’en suis convaincu. La propriété sera aboli pour le bonheur de tous. Les banques seront avec nous, j’en suis absolument sûr. Ne baissons pas les bras. Non, frères et sœurs de gôche, non, ne partez pas tout de suite. Restez encore ! Restez, j’ai tant de choses à vous dire. Revenez, nous n’abolirons pas la propriété tout de suite, ne vous inquiétez pas. Je vous préviendrai, je vous en prie, restez encore, Ségolène, Anne, Jean-Luc, Raphaël ; vous n’aurez pas à partager votre bel appartement avec 50 Togolais fraîchement débarqués, je m’y engage. Non, ne partez pas. Que va devenir l’humanité sans la gôche ? L’humanité ne peut rien faire sans la gôche, l’humanité a besoin de nous. Le monde nous regarde, l’univers nous regarde, soyons dignes. Non, s’il vous plaît, ne partez pas. Les petits fours et le caviar arrivent, oui, ils arrivent, avec le champagne. Restez, pour l’amour de la gôche. Allons, trinquons mes amis, trinquons à un monde meilleur, trinquons à la gôche. Unissons-nous autour d’un candidat unique. Nous pouvons le faire. Nous l’avons déjà fait, pourquoi ne le referions-nous pas ? Mon royaume pour un candidat unique. Non, mais non, ne partez pas, bordel de merde ! Vous ne comprenez donc rien ! La gôche ne doit pas mourir, mettez-vous d’accord ! Vous commencez vraiment à me les briser ! Ouais c’est ça, partez ! Minables ! Lâches ! Vous ne voulez pas la faire ? Ok, c’est moi qui la ferai l’union de la gauche, avec les vrais gens de gôche, avec vous chers amis fidèles qui êtes restés. Non mais attendez… Oh ! Mais qu’est-ce qui vous prend tous ? Non mais c’est pas croyable ! Vous n’allez quand même pas tous vous barrer ! Mais meeeeeerde ! J’en peux plus de vos conneriiiiiiiiies ! Allez tous au Diable ! C’est TERMINÉ ! Raouste ! Vous n’aurez plus mon soutien, ni ma voix, ni mon pognon ! La gauche peut crever, c’est plus mon problème ! Je ne serais en paix que quand cette putain de gauche crèvera !

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par leblogdelotfihadjiat
Charger d'autres écrits dans Non classé

Un commentaire

  1. Viktor von Berg

    17 octobre 2021 à 17 h 42 min

    La gauche, la droite, le centre, les indépendants, les extrêmes, les pro vax, les anti machins, les races, les religions, les inventaires à la Prévert; rien que des mots, des pauvres mots qu’on aurait pu écrire sur des petits morceaux de papier transformés en avions qu’on lançait par la fenêtre quand on était à la communale et que le prof s’absentait pour un instant…

    Triste dimanche où résonnent tous ces mots pourris des informations destinées au peuple bétail : attentat, poignard, égorgement, djihadistes, projet politique, troisième dose, passe sanitaire, test PCR, test URSS, test Nouvel Ordre Mondial, blabla, blabla, blabla. Fatigant! Usant! Minant! Désespérant! Mais que de mots et de maux!…

    Ah! que souffle enfin sur notre monde l’ouragan de l’Esprit et que brille après la Tempête, la belle lumière de Dieu……………..

    Viktor

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Nietzsche et la grâce, par Lotfi Hadjiat

      Un soir de froide mélancolie automnale où soufflait un vent de désola…