Accueil Non classé Mes vœux aux obstinés destructeurs de l’humanité et de la vie, par Lotfi Hadjiat

Mes vœux aux obstinés destructeurs de l’humanité et de la vie, par Lotfi Hadjiat

3
1
724

7BE02B93-9C3E-40F7-A410-B4F9981EDB2B

 

A l’approche de la nouvelle année, j’aimerais présenter mes vœux aux obstinés destructeurs de l’humanité et de la vie, après tout le travail qu’ils ont accompli. Je leur souhaite d’abord à tous de souffrir la plus épouvantable souffrance, de subir la pire des humiliations sans aucune issue. Je leur souhaite exactement la plus terrible malédiction, la plus cruelle damnation, ici-bas et outre-mort. Que leurs angoisses et leurs tourments leur brûlent les entrailles sans fin. Que leur sang ne véhicule que l’effroi. Que leur souffle n’inspire que la peur et n’expire que le désespoir. Qu’ils soient perdus dans le grand gouffre du désespoir où grouillent des armées sans fin d’araignées, de scorpions et de serpents. Qu’ils soient jetés au fond de l’Enfer et qu’ils y errent dans une brutalité qu’aucun mot ne peut exprimer. Que les bêtes les plus terrifiantes se jettent sur eux dans l’obscurité la plus noire et sans le moindre répit, qu’il n’y ait pour eux ni jour ni nuit, qu’ils ne connaissent plus ni le repos ni le sommeil mais seulement un présent abominable sans la moindre lueur, sans le moindre indice de changement, d’évolution… Que leur seule douceur soit d’espérer mourir mais sans pouvoir mourir, qu’ils soient asservis à leur corps devenu impérissable pour souffrir l’atrocité perpétuelle. Que leurs larmes brûlent leur chair telle de l’eau bouillante. Que leurs cris leur brisent le crâne. Que des araignées et des scorpions s’introduisent dans leur crâne brisé, dans leurs organes. Que des serpents leur sortent de tous les orifices. Que leur corps disloqué ne périssent jamais pour souffrir toujours. Que leur chair pourrisse mais ne périsse pas. Même démembré, même dévoré par des nuées de chauve-souris, que leur corps souffrant ne périsse jamais. Qu’il n’aient rien pour trouver refuge, pour trouver secours. Qu’ils n’aient pour compagnons que les pires démons de l’Enfer. Qu’ils soient harcelés, écrasés, étouffés par des légions de démons haineux et puants, tous plus effroyables les uns que les autres. Que ces démons les étouffent avec des masques, qu’ils leur fassent avaler des quantités de masques jusqu’à ce que leurs organes explosent. Que les rires de ces démons leur transpercent les oreilles comme des couteaux, leur déchiquettent l’âme. Que ces démons leur injectent des quantités interminables de poisons abominables, qu’ils leur infligent des expériences toutes plus sadiques les unes que les autres, que leurs douleurs soient insoutenables, au-delà de l’insoutenable. Qu’ils se noient dans des fleuves d’excréments bouillants, mais sans jamais périr. Que le sol qu’ils foulent soit de la terre brûlée et brûlante. Que leur horizon soient les flammes de l’Enfer. Que leur ciel soit le chaos épouvantable de leur âme damnée, que ce ciel les écrase, les broie. Qu’ils ne rencontrent pas leurs semblables, qu’ils n’aient pas l’ombre d’un réconfort. Que leurs souvenir de joie, de plaisir leur déchirent l’âme, que ces souvenirs soient vivaces comme un pieu de pierre planté dans leur cœur. Que ne résonne dans leur esprit que le désespoir absolu. Qu’ils n’aient plus la force du moindre rêve, du moindre but. Qu’il n’aient plus la force d’aimer, si tant est qu’il l’aient eu un jour. Qu’ils n’aient plus la force de croire. Qu’ils ne voient plus le moindre sourire excepté celui des démons. Que leur vie leur soit insupportable comme une gangrène sans limites. Qu’ils ne comprennent plus rien, que tout leur soit absurde. Qu’ils ne sachent plus où aller pour atténuer un tant soit peu leurs souffrances. Qu’ils aient la certitude que leur insondable océan de douleur ne s’arrêtera jamais. Que leur calvaire abyssal n’ait aucun sens pour eux. Qu’ils aient la certitude que leur sort abominable est scellé pour l’éternité. Que le temps s’arrête pour eux dans un éternel déchirement. En un mot comme en cent, que leur supplice soit l’accomplissent au centuple de leur sadisme et de leur perversion.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par leblogdelotfihadjiat
Charger d'autres écrits dans Non classé

3 Commentaires

  1. dj34450

    31 décembre 2021 à 5 h 41 min

    Pourquoi tant de haine ? Nous sommes tous des destructeurs de la vie.
    Les choses avancent à chaque fois qu’un Homme accepte de remettre en question ses choix et sa manière de vivre.
    Que Dieu te bénisse.

    Dernière publication sur Vie intérieure : L'Unité en Dieu ! ...

    Répondre

  2. Cassandra

    5 janvier 2022 à 13 h 12 min

    Bravo pour ce texte
    ils récolteront ce qu’ils ont semé, et pire encore.
    et ça ne sera que justice !

    Répondre

  3. Viktor von Berg

    6 janvier 2022 à 19 h 27 min

    Oui, je pense que ça doit être « un truc comme cela » l’enfer, mais surtout un endroit sans la moindre lueur d’espoir et d’amour, à des années-lumière de la Miséricorde Divine. Effroyable!
    C’est pour cela qu’il faut tout faire pour ne pas y aller!…

    Viktor

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Lettre à Michel Onfray, par Lotfi Hadjiat

  J’ai appris par voie de presse la création d’un mouvement politique à votre initiat…