Accueil Non classé Un déjeuner avec Marine, par Lotfi Hadjiat

Un déjeuner avec Marine, par Lotfi Hadjiat

2
1
712

4E277066-4280-4AE8-BCA8-EC7E59F955FF
 

 

 

L’autre jour, je déjeunais avec Marine le Pen à une terrasse d’un restaurant lyonnais ensoleillée et verdoyante. Les parfums du printemps étaient lourds de promesses de changements que ne semblait pas contester le chant des oiseaux. J’avais opté pour un gratin dauphinois au saumon, une spécialité du chef. Et elle s’était laissée tenter par un pot au feu classique. Bien-sûr, la discussion prit inexorablement le chemin de la politique…

-  J’ai tout fait pour démentir ces accusations permanentes de racisme, puisque apparemment c’est la seule chose qu’on me reproche, mais rien n’y fait, tout le monde ne voit que du racisme en moi… !, dit-elle un peu résignée.

-  Même si tu partageais ta vie avec un transsexuel noir sidéen après t’être convertie à l’islam et avoir adopté un petit bangladais, on ne verrait encore que du racisme en toi !…, répartis-je.

-  Oui…, c’est infernal… j’ai parfois l’impression d’être condamnée sans avoir été jugée… et c’est moi la fasciste… Ça a l’air très réussi ton dauphinois au saumon…, fit-elle d’un sourire en direction de mon plat.

-  Je t’en prie…, lui dis-je en poussant mon assiette afin qu’elle se serve.

-  Mm… Intéressant. Très intéressant même.

-  J’ai du mal à croire qu’il n’y a pas eu de fraude organisée lors de ce premier tour. Et qu’il n’y en aura pas encore au second tour…, dis-je en regardant au loin le bleu azuréen immaculé.

-  Ça ne m’étonnerait pas… Tout est tellement corrompu, tu sais… On est arrivé à un point où s’il n’y a pas d’intercession archangélique là tout de suite, la France est définitivement morte…

-  C’est en effet difficile de ne pas voir qu’il y a des forces politico-idéologiques au pouvoir qui veulent absolument la mort de la France.

-  Et pourtant nombreux ne le voient pas… Se battre contre la Bête de l’évènement jusqu’au bout et mourir… que peut-on faire d’autre ?… Faire notre part et laisser la Providence faire la sienne… J’aimerais avoir ton point de vue. Vouloir une part raisonnable d’étrangers en France, tu trouve ça raciste ?, me demanda-t-elle.

-  Absolument pas. C’est ce que font à peu près tous les pays sans qu’on les soupçonne de quoi que ce soit. Au Japon, le seuil de « raisonnabilité » est très bas et ça ne suscite aucun soupçon.

-  Vouloir que la France ne devienne pas musulmane, est-ce raciste ?

-  Évidemment que non, là encore, toutes les nations tiennent à conserver leur identité religieuse. L’islam doit rester une religion secondaire en France, tolérée dans une proportion raisonnable. Un islam spirituel ne poserait me semble-t-il pas de problème en France. Autrefois, lorsque l’éminent penseur musulman Al-Ghazali contestait le principe de cause à effet comme nécessité logique, il était critiqué par le non moins éminent Averroès, puis finalement soutenu cinq siècles plus tard par le tout aussi éminent philosophe écossais Hume ; aujourd’hui, quand les imams déclarent le vaccin Covid hallal et bientôt le vote Macron hallal contre la méchante raciste, les musulmans ne contestent pas beaucoup, lui dis-je.

-  C’est pas faux, fit-elle en riant. L’islam n’a plus grand chose de spirituel aujourd’hui. Il y a pourtant un héritage précieux de tous ses penseurs et mystiques… Ce déclin de l’islam est sans doute le destin de toute religion, de toute civilisation…

-  Oui, sans doute… L’islam n’était à sa naissance qu’un accès à la vérité, mais ils ont sacralisé l’accès au lieu de sacraliser la vérité, jusqu’à faire de cet accès une forteresse contre la vérité, une forteresse où on condamne ceux qui cherchent la vérité, la beauté… les fameuses forces réactives décrites par Nietzsche… l’irréductible nature humaine…

-  Excuse-moi un instant…, fit Marine en se levant.

-  Oui, je t’en prie…

 

Entre-temps, le serveur arriva pour desservir et poser les desserts.

-  Ça a été ?

-  Oui, le dauphinois était exquis. Une bonne surprise gustative.

-  Merci, je transmettrai.

 

Après avoir disposé une Dame blanche à côté d’une forêt-noire, le serveur s’en alla au moment où Marine revenait sous l’éclairage du plafond joliment ornementé.

-  Excuse-moi, je t’ai coupé dans ton élan philosophique, fit-elle d’un sourire.

-  Oui. Non, je disais seulement que l’islam à sa naissance n’était qu’un chemin, une recommandation sans contrainte aucune, une invitation à la recherche de la vérité, une piste parmi d’autres ouverte à tous vers la grâce, la lumière du cœur. Lumière que l’on peut parfaitement trouver chez des athées, des agnostiques, des hindouistes ou des païens. Par delà les dogmes et leurs contraintes, la lumière du cœur n’est ni musulmane, ni chrétienne, ni bouddhiste. Pratiquer l’islam par contrainte et par exclusion est déjà une trahison intégrale de l’islam.

-  Tu me vois dire ça dans un discours !…

-  Pourquoi pas, fis-je en riant.

-  Je suis comme toi, je crois que la vérité finira par triompher ici-bas, mais on ne sera pas vivants quand ça arrivera…, dit-elle sereinement.

 

L’addition réglée, on fit une petite ballade dans le parc à côté, discutant au gré des vieux arbres et des fleurs odoriférantes de la foi et de l’espérance. Et au détour d’une allée ombragée, une éclaircie inhabituelle dans les feuillages foisonnants. Un vent frais agita quelque peu les branches et les feuilles, et l’espace d’un instant on vit clairement se dessinait dans les rais de lumière la forme de lettres, un F, un R, un A, un N, un C et un E.

-  Tu as vu comme moi ?, me demanda-t-elle stupéfaite et immobile.

-  Si c’est pas un signe… !, fis-je tout aussi stupéfait et immobile.

-  Finalement… peut-être qu’on sera vivants quand la vérité adviendra…

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par leblogdelotfihadjiat
Charger d'autres écrits dans Non classé

2 Commentaires

  1. Azor

    22 mai 2022 à 15 h 53 min

    Bonjour nous somme vue hier a la conférences
    Question pense tu que la famille Lepen soit des Marane des juifs cacher

    Répondre

  2. leblogdelotfihadjiat

    23 mai 2022 à 19 h 02 min

    Bonjour,
    Non, je ne crois pas.

    Répondre

Répondre à leblogdelotfihadjiat Annuler la réponse.

Consulter aussi

Origine et fondements criminels de l’Etat de droit, par Lotfi Hadjiat

    La vie de l’homme au départ n’avait pas de sens, si ce n’est celui de conser…