Accueil Non classé Le dernier holocauste, par Lotfi Hadjiat

Le dernier holocauste, par Lotfi Hadjiat

1
2
511

4E39B005-76B2-43F4-8BAA-94C6EB587719

 

 

Mais quelles sont ces clameurs, la Terre est en feu ?

Ou la fin d’un monde et d’un autre le début ?

Est-ce le triomphe horrible des boutefeux

Ou l’infernal sacrifice de leur tribu ?

 

Les flammes s’élancent ardentes et impérieuses

Pressées d’annoncer un glorieux événement

Au milieu de la liesse brûlante et rieuse

Dans la douce ivresse de leur entraînement

 

Je tends l’oreille, ouvre les yeux pour m’aviser

De ce monumental et ultime holocauste

Curieux de savoir qui le feu va diviser

Sans même remarquer un ange qui m’accoste

 

Sais-tu enfin qui l’on immole en ce jour saint ?

Me dit-il nimbé d’une irréelle auréole

Je songe à répondre : le suprême assassin

Voyant le condamné dans une rage folle

 

Et l’ange m’enseigne d’un sourire entendu :

Le feu va consumer le prince des ténèbres

Voilà que s’achève son pouvoir prétendu

Disparaissant déjà dans son destin funèbre

 

Tous les anges font cercle autour du supplicié

pour l’observer jusqu’au bout partir en fumée

Lui et ses effroyables légions d’initiés

Dernières traces de l’ancien monde inhumé

 

Leur fin nous sembla finir éternellement

La plus noire douleur les broya sans issue

Le feu détruisit tous les ensorcellements

Comme on réduirait en lambeaux d’amples tissus

 

Le bas monde expia son antique confusion

Où l’ombre du chaos se mêle à la lumière

Et le goût des réalités aux illusions

pour retrouver désormais sa clarté première

 

Les éclosions délicates de l’harmonie

Précipitèrent dans le gouffre du néant

L’orgueil insensé des agitations honnies

Et résonna loin l’euphonie de son péan

 

Et l’obscurité rejoignit l’obscurité

La lumière du bien, déployant ses onctions

Et ses resplendissants rayons de vérité

Pansa les plaies des anciennes dérélictions

 

Se souviendra-t-on du règne de ces démons

Lorsque bien plus tard la nouvelle humanité

Se réjouira enfin jusqu’au plus haut des monts

D’une Terre libre de toute insanité

 

Les enfants ne croiront pas à ce passé vieux

Qui ne sera à leurs yeux que légende et fable

Ils en riront comme on riait jadis de Dieu

Et jugeront tous ces récits inconcevables !

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par leblogdelotfihadjiat
Charger d'autres écrits dans Non classé

Un commentaire

  1. Viktor von Berg

    4 février 2023 à 19 h 15 min

    Sur les derniers jours de sa vie le docteur Elisabeth Kubler-Ross qui était devenue mystique raconte qu’un ange l’emmena au-dessus de la Terre et lui fit observer l’aura de notre planète bleue. Cette aura étant grise, la dame s’en étonna mais l’Ange lui dit qu’en effet des planètes comme la Terre il y en avait des myriades dans l’Univers mais que la nôtre faisait partie de planètes dont les habitants « évolués » étaient encore très bas sur l’échelle de l’évolution spirituelle…

    Et j’ai pensé au Seigneur des mondes dans le Coran…

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

CONFÉRENCE À LILLE – SAMEDI 21 MAI 2022

  …